Aller au contenu

24 NOVEMBRE 2017
RUSSIE

Le tribunal d’Oriol prolonge de nouveau l’emprisonnement de Dennis Christensen

MISE À JOUR : Le 22 décembre 2017, le tribunal régional d’Oriol a rejeté l’appel déposé par l’avocat de M. Christensen, actuellement en détention provisoire, visant à sa libération. Sa détention prendra fin le 23 février 2018. M. Christensen sera alors de nouveau jugé et fera sans doute l’objet de poursuites pénales.

Le 20 novembre 2017, au terme d’une audience de trois heures, le tribunal de district de Sovietskiy d’Oriol (Fédération de Russie) a prolongé la détention provisoire de Dennis Christensen jusqu’au 23 février 2018. C’est la deuxième fois que le tribunal prolonge de trois mois son emprisonnement. M. Christensen est détenu depuis mai 2017 sans avoir été jugé. Le jour de son arrestation à Oriol, M. Christensen assistait à un paisible office chrétien quand la police a fait irruption.

M. Christensen est un ressortissant danois, Témoin de Jéhovah. Avant son arrestation, la Cour suprême de la Fédération de Russie avait jugé les activités religieuses des Témoins de Jéhovah extrémistes et les avaient interdites. Le tribunal de district a de nouveau prolongé la durée de la détention provisoire de M. Christensen pour permettre à l’enquêteur de rassembler des « preuves » qui appuieraient une condamnation pour des activités religieuses supposées illégales. Le tribunal a refusé d’envisager de l’assigner à résidence pendant l’enquête en cours. Il n’a pas non plus tenu compte de la promesse qu’ont faite les autorités danoises de ne pas délivrer de passeport à M. Christensen, ni de l’aider à quitter le pays.

Au moment de son arrestation, M. Christensen était avec sa femme, une citoyenne russe. Ce jour-là, tous deux exerçaient leur droit fondamental à la liberté de religion et d’association. Le tribunal peut ordonner que M. Christensen soit maintenu en détention provisoire pendant deux ans maximum. S’il est condamné, il encourt une peine de prison de six à dix ans.