Aller au contenu

2 JUIN 2017
RUSSIE

La cour régionale d’Oriol va examiner le recours introduit en appel contre la décision de mise en détention provisoire de Dennis Christensen

Complément d’informations : L’audience programmée pour le 7 juin 2017 a été reportée à une date indéterminée.

Le 7 juin 2017, à 14 heures, la cour régionale d’Oriol examinera le recours introduit en appel contre la décision de mise en détention provisoire du ressortissant danois Dennis Christensen. M. Christensen, un des ministres du culte de l’assemblée des fidèles d’Oriol, a été arrêté le 25 mai 2017 à la suite d’une descente de police lors d’un service religieux tenu en semaine.

Dans le cadre de l’attaque lancée depuis longue date par le gouvernement russe contre la liberté de religion des Témoins de Jéhovah, l’association cultuelle locale d’Oriol a été accusée d’« activités extrémistes » et dissoute en juin 2016. Maintenant que la Cour suprême a dissous le Centre administratif et les associations cultuelles des Témoins de Jéhovah de Russie, le Service fédéral de sécurité (FSB) prétend qu’en se réunissant pour pratiquer leur culte, les Témoins d’Oriol perpétuent les activités d’une organisation extrémiste illégale.

Le FSB a lancé une enquête pénale contre M. Christensen, alléguant son appartenance à l’association cultuelle d’Oriol, aujourd’hui dissoute. Cependant, M.Christensen n’a jamais été membre de cette entité juridique. Il a été placé en détention provisoire jusqu’au 23 juillet 2017, parce que le procureur estime qu’en tant que ressortissant étranger, il pourrait fuir avant que le FSB ait le temps de rassembler les preuves à l’appui de leur accusation.

Outre le recours contre l’incarcération de M. Christensen, les Témoins de Jéhovah sont en train d’actualiser les plaintes qu’ils ont déposées auprès de tribunaux internationaux. À la suite de la décision de la Cour suprême, de nombreux Témoins de Russie subissent sur le plan collectif une violation de leurs droits, ainsi que les répercussions désastreuses des mesures prises par les autorités.