Aller au contenu

31 MAI 2018
RUSSIE

Russie : Un autre Témoin de Jéhovah jugé pour activité extrémiste

Arkadia Akopiane est un tailleur à la retraite de 70 ans. Il est aussi Témoin de Jéhovah et il fait l’objet de poursuites depuis un an pour motif d’activités extrémistes. S’il est reconnu coupable, il encourt une lourde amende ou une peine allant jusqu’à quatre ans de prison.

Le ministère public accuse M. Akopiane « d’incitation à la haine religieuse », en se fondant sur un discours religieux qu’il a prononcé dans une Salle du Royaume où il se rend régulièrement depuis de nombreuses années. Au tribunal, le procureur s’est appuyé en grande partie sur le faux témoignage de six personnes qui ne sont pas Témoins de Jéhovah. Celles-ci prétendent que, pendant son discours, M. Akopiane a tenu des propos diffamatoires et qu’il leur a donné des publications « extrémistes » à distribuer.

M. Akopiane et ceux qui le connaissent bien contestent ces deux accusations. Son avocat a présenté devant le tribunal des preuves attestant que ces six individus ne se trouvaient pas à proximité du bâtiment au moment où ils prétendent que M. Akopiane a tenu ses propos. Qui plus est, les Témoins de Jéhovah ne remettent pas aveuglément des publications religieuses à des personnes non-Témoins pour qu’elles les distribuent. Sonya, la femme de M. Akopiane, n’est pas Témoin de Jéhovah. Durant son contre-interrogatoire, elle a dit qu’elle était heureuse en mariage depuis 40 ans et que son mari n’a jamais forcé aucun de leurs proches à devenir Témoin de Jéhovah.

Le juge Oleg Golovachko a demandé une expertise pour vérifier si les propos tenus par M. Akopiane durant son discours relevaient de l’incitation à la haine religieuse. Lors de la dernière audience, qui a eu lieu le 15 mai 2018, le juge a indiqué que l’expertise devrait être achevée au cours du mois de septembre 2018, mais que d’ici là, le procès pouvait continuer. La prochaine audience, au cours de laquelle M. Akopiane sera interrogé, est prévue le 5 juin. Même si, depuis le début de son procès en mai 2017 au tribunal du district de Prokhladny, M. Akopiane n’a pas été placé en détention provisoire, ses déplacements ont quand même été restreints par les autorités.

Gregory Allen, avocat-conseil des Témoins de Jéhovah, a déclaré : « M. Akopiane est une victime de plus du détournement manifeste par la Russie de sa loi contre l’extrémisme pour l’appliquer aux Témoins de Jéhovah. Il est innocent. C’est un citoyen respectueux des lois qui veut simplement adorer Dieu dans la paix. Les autorités se trompent en prenant les Témoins de Jéhovah pour cible. Elles mettent chacun d’eux sous pression et elles sapent les divers fondements de la société russe. »

M. Akopiane est le deuxième Témoin injustement poursuivi en Russie pour « activité extrémiste ». Le procès de Dennis Christensen, un Témoin d’Orel, a commencé en février 2018. Il est en détention provisoire depuis un an et, s’il est reconnu coupable, il encourt une peine allant jusqu’à dix ans de prison *. Sept autres Témoins sont en détention provisoire dans différentes régions de Russie mais sans avoir été officiellement inculpés.

^ Ces deux hommes ont été accusés sur la base d’articles différents du Code pénal. M. Akopiane est accusé sur la base de l’article 282-1 pour avoir soi-disant incité à la haine religieuse. Dennis Christensen est quant à lui accusé d’avoir violé l’article 282-2(1) du Code pénal, en ayant prétendument organisé l’activité d’une entité religieuse déclarée extrémiste. Cette dernière infraction est passible d’une peine plus lourde.