Aller au contenu

3 MAI 2017
KAZAKHSTAN

Le Kazakhstan bafoue la liberté de religion et condamne Teymur Akhmedov

Le 2 mai 2017, un tribunal d’Astana a condamné Teymur Akhmedov à cinq ans de prison simplement parce qu’il avait parlé de ses croyances religieuses à d’autres personnes. Il est le premier Témoin de Jéhovah du Kazakhstan à recevoir une sanction pénale en raison de son activité religieuse depuis l’indépendance du pays en 1991.

M. Akhmedov a été placé en détention provisoire pendant plus de trois mois malgré les efforts de la communauté internationale pour le faire transférer en résidence surveillée en attendant le procès. Il est âgé de 61 ans, marié, père de trois fils et en mauvaise santé.

Puni pour avoir exercé sa liberté religieuse

Les épreuves de M. Akhmedov ont commencé en janvier 2017 lorsqu’il a été arrêté par les services secrets du Kazakhstan (le Comité national de sécurité ou KNB), pour avoir prétendument violé l’article 174(2) du Code pénal kazakh. Le KNB l’a accusé d’« incitation à [...] la haine religieuse » parce qu’il parlait en privé de ses croyances religieuses avec d’autres.

Le juge Talgat Syrlybayev a estimé que les propos de M. Akhmedov constituaient une « incitation à la discorde religieuse » et favorisaient la « propagande qui prône l’exclusivité, la supériorité des citoyens sur la base de leur religion ». Le juge a également interdit à M. Akhmedov de participer à toute « activité religieuse idéologique » pendant trois ans, ce qui revient dans les faits à lui interdire de pratiquer son culte.

Philip Brumley, avocat conseil des Témoins de Jéhovah, a réagi ainsi : « Les autorités détournent la loi de façon flagrante. En 2016, plusieurs hommes ont invité Teymur dans un appartement pour discuter de ses croyances religieuses. Ils sont même venus à son domicile. Mais ce que Teymur ignorait, c’est que ces échanges étaient enregistrés à son insu et serviraient à l’incriminer. Voilà jusqu’où les autorités sont prêtes à aller pour réprimer et criminaliser une activité religieuse paisible ! C’est une parodie de justice. »

De plus, la famille de M. Akhmedov est très inquiète pour son état de santé. Il souffre d’une tumeur hémorragique (possiblement cancéreuse), mais les autorités ont rejeté toutes les demandes visant à transférer M. Akhmedov en résidence surveillée et ne lui ont pas prodigué les soins urgents dont il a besoin. Son avocat a déposé des requêtes auprès du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire, auprès du Rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté de religion et de conviction et auprès du Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit de réunion pacifique et d’association.

Est-ce la fin de la liberté religieuse au Kazakhstan ?

Les Témoins de Jéhovah du Kazakhstan ont affronté de nombreuses difficultés dans l’exercice de leurs activités religieuses. Cependant, l’emprisonnement injuste de M. Akhmedov est une nouvelle attaque choquante contre leur culte. Les représentants des Témoins de Jéhovah poursuivent leurs recours auprès des autorités du Kazakhstan afin que le pays respecte ses engagements internationaux visant à garantir la liberté de culte sans intervention du gouvernement, un droit fondamental.