Aller au contenu

21 OCTOBRE 2015
ÉRYTHRÉE

Compte rendu de la Commission de l’ONU sur les violations des droits de l’homme en Érythrée

Une commission d’enquête doit présenter fin octobre un compte rendu oral portant sur les violations des droits de l’homme en Érythrée devant l’Assemblée générale de l’ONU. La commission a été créée en juin 2014 pour un mandat d’un an afin d’enquêter sur les importantes restrictions des droits et des libertés de la population d’Érythrée *.

Pendant ses recherches, la Commission d’enquête de l’ONU sur les droits de l’homme en Érythrée a conclu que des « violations systématiques, massives et flagrantes des droits de l’homme » ont lieu dans le pays. Le 23 juin 2015, la Commission d’enquête a présenté son rapport ainsi que ses conclusions et ses recommandations au Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève. Le 29 octobre 2015, cette Commission fera le point sur la situation devant la Troisième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU à New York *.

Persécution des Témoins de Jéhovah

En plus de son rapport présenté au Conseil des droits de l’homme, la Commission d’enquête a soumis un rapport supplémentaire de 484 pages sur les résultats détaillés de son enquête. Ce document a souligné le traitement discriminatoire et violent dont sont victimes les Témoins de Jéhovah. Parce qu’ils sont neutres sur le plan politique, les Témoins de Jéhovah sont la cible des persécutions du gouvernement érythréen depuis l’indépendance du pays en 1993. Les Témoins sont torturés et soumis à de longues peines de prison dans de terribles conditions. Le gouvernement les a privés de leur citoyenneté, a confisqué leurs papiers d’identité, a résilié les permis d’exploitation de leurs commerces, les a révoqués de la fonction publique et leur a refusé des prestations sociales.

« Tous les Érythréens reçoivent des bons d’alimentation, sauf les Témoins de Jéhovah parce qu’ils n’ont pas de carte d’identité. Nous ne sommes pas considérés comme des citoyens », déclare un Témoin de Jéhovah.

Parmi de nombreuses autres recommandations, la Commission a conclu que le gouvernement de l’Érythrée devait :

« Prendre des mesures pour mettre un terme à toute persécution religieuse, surtout pour des groupes religieux comme les Témoins de Jéhovah [...], et leur accorder de nouveau leur citoyenneté et leurs droits afférents, dès que possible. »

« Mettre un terme aux expulsions brutales en guise de représailles contre les religions non autorisées, comme les Témoins de Jéhovah, et contre ceux qui n’ont pas participé aux conflits armés *. »

Le Conseil des droits de l’homme adopte la résolution

Après la présentation du rapport par la Commission à Genève, le Conseil a adopté une résolution le 30 juin 2015 déclarant qu’il « condamne fermement les violations systématiques, massives et flagrantes des droits de l’homme qui ont été et qui sont perpétrées par l’Érythrée * ». Dans sa résolution, le Conseil a aussi demandé au gouvernement érythréen de prendre « des mesures immédiates et concrètes pour appliquer les recommandations » prises par la Commission, y compris celles concernant les Témoins de Jéhovah. Le Conseil a en outre appelé le gouvernement de l’Érythrée à :

  • « Mettre fin à la détention arbitraire de ses citoyens, et à la torture ou à d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. »

  • « Garantir l’accès libre et équitable à un système judiciaire indépendant pour les détenus et améliorer leurs conditions d’emprisonnement. »

  • « Respecter le droit de chacun à la liberté d’expression, de pensée, de conscience et de religion ou de croyance, et les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association. »

La façon de traiter les Témoins de Jéhovah va-​t-​elle s’améliorer ?

Il y a actuellement 54 Témoins de Jéhovah emprisonnés en Érythrée, 3 d’entre eux sont détenus depuis plus de 21 ans. Aucun n’a été inculpé ou jugé. Certains sont détenus dans des conteneurs métalliques ou dans des structures à moitié enterrées, affrontant de terribles conditions et des températures extrêmes. Les Témoins de Jéhovah du monde entier sont sensibles à la souffrance de leurs coreligionnaires en Érythrée et espèrent que le gouvernement cessera de les persécuter.

^ § 2 La Commission d’enquête sur les droits de l’homme en Érythrée a été créée le 27 juin 2014 par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU conformément à la résolution 26/24.

^ § 3 La Troisième Commission est chargée des questions relatives aux affaires sociales et humanitaires, et des questions sur les droits de l’homme qui touchent les personnes à travers le monde.

^ § 8 Rapport de la Commission d’enquête sur les droits de l’homme en Érythrée (rapport préliminaire), A/HRC/29/CRP.1, § 1530(c) et 1531(c).

^ § 10 Résolution A/HRC/29/L.23.