Aller au contenu

19 OCTOBRE 2016
ÉRYTHRÉE

La persécution des Témoins de Jéhovah d’Érythrée attire l’attention internationale comme jamais auparavant

C’est en Érythrée que les Témoins de Jéhovah subissent la plus violente persécution au monde. Depuis que l’Érythrée a obtenu son indépendance en 1993, les Témoins de Jéhovah n’ont cessé d’être emprisonnés, torturés et marginalisés. S’ils sont persécutés, c’est parce qu’ils veulent rester neutres sur le plan politique et refusent de prendre les armes contre leur prochain.

Cinquante-quatre Témoins de Jéhovah sont actuellement emprisonnés en Érythrée. Durant ces 22 dernières années, tous les Témoins, excepté un seul, ont été incarcérés sans chef d’accusation officiel et sans audience. Trois d’entre eux sont en prison depuis 1994.

Préoccupation grandissante de la communauté internationale

Depuis que l’Érythrée a commencé à persécuter les Témoins, les organisations de défense des droits de l’homme et les organismes publics condamnent ces mauvais traitements. Cependant, plus récemment, la Commission d’enquête sur les droits de l’homme en Érythrée (COIE), un organisme mandaté par l’ONU, a attiré comme jamais auparavant l’attention internationale sur la situation critique des Témoins. Dans son premier rapport de juin 2015 destiné au Conseil des droits de l’homme (CDH), la COIE a consacré une partie à la discrimination et aux mauvais traitements infligés aux Témoins de Jéhovah.

Le 21 juin 2016, la COIE a présenté un deuxième rapport détaillé au CDH. Elle recommandait vivement à l’Érythrée de « respecter la liberté de religion ou de conviction » et de « mettre un terme à la pratique des arrestations et des détentions arbitraires motivée par la conviction religieuse des individus, en particulier des disciples de certains groupes religieux, tels les Témoins de Jéhovah [...] et de libérer immédiatement et sans condition tous les individus détenus de manière illicite et arbitraire. »

Dans ses conclusions, la COIE a déclaré qu’en infligeant une « persécution fondée sur des motifs religieux et ethniques », l’Érythrée s’opposait à la loi internationale et commettait « un crime contre l’humanité ». La communauté internationale considère cette persécution comme l’une des plus graves violations des droits de l’homme. La COIE présentera un compte rendu verbal à l’assemblée générale des Nations unies le 27 octobre 2016.

L’Érythrée cessera-​t-​elle de traiter injustement les Témoins ?

La situation critique de leurs coreligionnaires d’Érythrée affecte profondément les Témoins de Jéhovah du monde entier. Ils demandent instamment au gouvernement d’Érythrée d’arrêter de persécuter ces chrétiens sincères et de leur permettre de bénéficier de leurs droits fondamentaux et inaliénables.