NEW YORK. Selon un sondage national réalisé en 2017 par l’hôpital pour enfants C.S. Mott (Université du Michigan), les parents vivant aux États-Unis placent le harcèlement en tête de leurs préoccupations concernant la santé de leurs enfants.

Le site Internet stopbullying.gov, géré par le Département de la santé et des services sociaux des États-Unis, fournit une explication possible à l’inquiétude des parents : des études sérieuses révèlent que 30 % des élèves aux États-Unis disent avoir été harcelés à l’école.

David Semonian, porte-parole des Témoins de Jéhovah au siège mondial de New-York, déclare : « Nous sommes conscients que le harcèlement représente une grave menace pour les enfants. Aussi, dans le cadre de notre œuvre d’enseignement biblique, nous proposons des contenus sur le thème du harcèlement et sur d’autres difficultés rencontrées par les familles. Depuis près de cinq ans maintenant, des millions de familles dans le monde trouvent très utile notre film d’animation Mets un harceleur K.-O. sans utiliser les poings ! »

Capture d’écran de la vidéo Mets un harceleur K.-O sans utiliser les poings ! Cette vidéo encourage les jeunes victimes de harcèlement à en parler à leurs parents, au personnel scolaire ou à un adulte de confiance.

Cette vidéo de moins de quatre minutes est disponible sur le site officiel des Témoins de Jéhovah, jw.org, en plus de 280 langues, parmi lesquelles plus de 30 langues des signes.

Natalia Cárdenas Zuluaga, coordinatrice d’un pôle universitaire sur la psychologie de l’enfant et de l’adolescent de l’université CES en Colombie, explique : « J’aime beaucoup le principe de la vidéo Mets un harceleur K.-O. sans utiliser les poings !, parce que dans mon pays, certains parents enseignent à leurs enfants que la violence est un moyen de résoudre les conflits. Je pense que cette vidéo donne de bons conseils aux enfants harcelés. Elle communique une vérité importante sur le harcèlement : n’importe qui peut en être victime simplement parce qu’il ou elle est différent. S’il prend conscience de cette réalité, un enfant peut gagner en sérénité et être fier de ses différences et de sa personnalité. »

Le professeur Jun Sung Hong, maître de conférences à l’université Sungkyunkwan en Corée du Sud, déclare : « La présentation sous forme de dessins animés rend la vidéo à la fois utile et attrayante, en particulier pour de jeunes enfants harcelés. Je pense aussi qu’elle permet au spectateur de se souvenir plus facilement de son contenu. »

En outre, le professeur Shelley Hymel, co-fondateur du Réseau international de recherche sur le harcèlement, fait cette observation : « Je pense qu’il s’agit là d’un message approprié pour les enfants et qui va dans le sens des études que je connais. Ce serait une bonne base de discussion pour les parents, les professeurs ou les adultes qui travaillent avec les enfants et les adolescents. »

M. Semonian conclut : « Nous nous soucions des enfants harcelés et nous espérons vivement que les conseils donnés dans cette vidéo leur seront utiles. Comme le recommande la vidéo, un jeune devrait s’ouvrir à une personne de confiance, particulièrement à ses parents ou à un professeur, afin de trouver l’aide et les conseils nécessaires. Personne ne devrait essayer de s’en sortir seul face au harcèlement. »

Contacts Presse :

International : David Semonian, service d’information, tél. : +1 845 524 3000

France : Guy Canonici, tél. : +33 2 32 25 55 55