SELTERS, Allemagne. Le 16 septembre 2014, un évènement important sera célébré à la Fondation des Mémoriaux de Brandebourg : la commémoration du 75e anniversaire de l’exécution d’August Dickmann au camp de concentration de Sachsenhausen. Cet homme a été le premier objecteur de conscience à être publiquement fusillé par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

August Dickmann, vers 1936.

En octobre 1937, August Dickmann, Témoin de Jéhovah, a été emprisonné dans le camp de concentration de Sachsenhausen à cause de ses croyances. Trois jours après le début de la Seconde Guerre mondiale en 1939, la Gestapo l’a convoqué et lui a demandé de signer une carte d’identité militaire, ce qui aurait entraîné son incorporation dans l’armée allemande. Comme il a refusé, il a été placé en isolement. Le commandant du camp a demandé l’autorisation au chef des S.S. d’exécuter August Dickmann devant tous les autres détenus. Le 15 septembre 1939, des centaines de Témoins de Jéhovah, y compris le frère d’August Dickmann, Heinrich, ont été forcés de regarder l’exécution. Deux jours plus tard, le New York Times publiait ce communiqué provenant d’Allemagne : « August Dickmann, 29 ans, [...] a été fusillé par un peloton d’exécution. » Le journal ajoutait qu’il avait été condamné en raison de son refus d’effectuer le service militaire « pour motifs religieux ».

Le 18 septembre 1999, une plaque a été apposée sur le mur extérieur de l’ancien camp de concentration de Sachsenhausen. Elle rend hommage aux plus de 890 Témoins de Jéhovah qui y ont été emprisonnés. Une stèle commémorative a par ailleurs été inaugurée en l’honneur d’August Dickmann.

La cérémonie du 75e anniversaire commencera sur le lieu du mémorial d’August Dickmann. Elle sera suivie de discours qui seront prononcés dans l’ancienne cuisine des prisonniers. Detlef Garbe, écrivain et directeur du Mémorial du camp de concentration de Neuengamme, sera le principal intervenant.

Contacts presse :

International : J. Brown, service d’information, tél. : +1 718 560 5000

Allemagne : Wolfram Slupina, tél. : +49 6483 41 3110

France : Guy Canonici, tél. : +33 2 32 25 55 55