Aller au contenu

Aller au sommaire

Ne jugeons pas d’après l’apparence

Ne jugeons pas d’après l’apparence

« Arrêtez de juger d’après l’apparence, mais jugez d’un jugement juste » (JEAN 7:24).

CANTIQUES : 129, 125

1. Qu’a prophétisé Isaïe concernant Jésus, et pourquoi est-​ce rassurant ?

ISAÏE a énoncé une prophétie rassurante et encourageante concernant Jésus Christ. En effet, selon ses paroles, Jésus « ne jugera pas sur les apparences ni ne corrigera personne simplement d’après ce qu’il entendra. Il jugera les petits avec justice » (Is. 11:3, 4). Pourquoi est-​ce rassurant ? Parce que nous vivons dans un monde rempli de préjugés et que les gens jugent souvent les autres d’après ce qu’ils voient. Nous avons vraiment besoin du Juge parfait, Jésus, qui ne nous jugera jamais sur les apparences !

2. Quel ordre Jésus nous a-​t-​il donné, et qu’examinerons-​nous dans cet article ?

2 Chaque jour, nous nous faisons des opinions sur les autres. Mais contrairement à Jésus, nous sommes imparfaits, et donc nos opinions le sont aussi. Nous sommes facilement influencés par ce que nous voyons. C’est pourquoi Jésus a ordonné : « Arrêtez de juger d’après l’apparence, mais jugez d’un jugement juste » (Jean 7:24). Manifestement, Jésus veut que nous l’imitions en ne jugeant pas les autres sur les apparences. Dans cet article, nous examinerons trois choses qui pourraient influencer l’opinion que nous nous faisons des autres : leur race ou leur nationalité, l’argent qu’ils possèdent, et leur âge. À chaque fois, nous verrons comment obéir à l’ordre de Jésus.

LA RACE OU LA NATIONALITÉ

3, 4. a) Quels évènements ont amené l’apôtre Pierre à changer d’opinion à propos des Gentils ? (voir l’illustration du titre). b) Quelle nouvelle compréhension Jéhovah a-​t-​il donnée à Pierre ?

3 Imagine ce que l’apôtre Pierre a dû ressentir quand il a reçu la mission d’aller chez Corneille, un Gentil, c’est-à-dire un non-Juif (Actes 10:17-29). Comme tous les Juifs de son époque, Pierre pensait depuis son enfance que les Gentils étaient impurs. Mais des évènements récents l’avaient amené à changer d’opinion. Par exemple, il venait de recevoir une vision (Actes 10:9-16). Dans cette vision, il a vu un récipient ressemblant à une grande toile rempli d’animaux impurs descendre du ciel. Puis il a entendu une voix lui dire : « Lève-​toi, Pierre, tue et mange ! » Pierre a fermement refusé. Mais la voix lui a dit : « N’appelle plus “souillées” les choses que Dieu a purifiées. » À son réveil, Pierre s’est demandé ce que tout cela signifiait. C’est alors que des hommes envoyés par Corneille sont arrivés. L’esprit saint ayant indiqué à Pierre qu’il devait se rendre chez Corneille, il les a suivis.

4 Si Pierre avait jugé la situation d’après les apparences, ou en fonction de ses préjugés, il ne serait jamais allé chez Corneille. En effet, les Juifs n’allaient tout simplement pas chez les Gentils. Alors pourquoi Pierre l’a-​t-​il fait ? Parce que la vision et les instructions qu’il avait reçues de l’esprit saint avaient changé sa façon de penser. Après avoir entendu le récit de Corneille, il a déclaré : « À présent, je comprends vraiment que Dieu n’est pas partial, mais qu’il approuve toute personne qui le craint et fait ce qui est juste » (Actes 10:34, 35). Cette nouvelle compréhension a dû l’enthousiasmer, et elle allait influencer tous les chrétiens. Comment cela ?

5. a) Qu’est-​ce que Jéhovah veut que tous les chrétiens comprennent ? b) Même si nous sommes dans la vérité, que pourrait-​il rester au fond de nous ?

5 Jéhovah s’est servi de Pierre pour aider tous les chrétiens à comprendre qu’il n’est pas partial. Pour lui, la race, la nationalité, la tribu ou la langue n’ont aucune importance. Du moment qu’un homme ou une femme craint de lui déplaire et pratique ce qui est juste, Jéhovah l’approuve (Gal. 3:26-28 ; Rév. 7:9, 10). Tu connais déjà sans doute cette vérité. Mais peut-être que dans le pays ou la famille où tu as grandi, les préjugés sont nombreux. Même si tu penses que tu n’es pas partial, serait-​il possible que tu aies encore quelques préjugés au fond de toi ? Cela a été le cas de Pierre : il a eu le privilège d’aider les autres à comprendre que Dieu est impartial, mais il s’est pourtant montré partial par la suite (Gal. 2:11-14). Alors comment obéir à l’ordre de Jésus d’« arrêter de juger d’après l’apparence » ?

6. a) Qu’est-​ce qui peut nous aider à arracher toute trace de préjugés de notre cœur ? b) Qu’a révélé le rapport d’un ancien ?

6 Pour savoir si nous avons des préjugés, nous pouvons nous examiner en comparant notre état d’esprit à ce que la Bible enseigne (Ps. 119:105). Et comme ce n’est pas toujours facile à faire soi-​même, nous pouvons aussi demander à un ami s’il a remarqué des traces de préjugés en nous (Gal. 2:11, 14). On peut avoir tellement l’habitude de penser d’une certaine façon qu’on ne se rend même pas compte qu’elle n’est pas bonne ! C’est ce qui est arrivé à un ancien qui avait de nombreuses responsabilités dans l’organisation. Il a écrit un rapport à sa filiale sur un couple de serviteurs à plein temps exemplaires. Le mari appartenait à un groupe ethnique souvent méprisé. L’ancien a écrit de nombreuses choses positives à propos de ce frère, mais il a ajouté : « Même s’il est [de tel groupe ethnique], sa manière de vivre et de se comporter aide les autres à comprendre qu’appartenir à ce groupe ethnique ne signifie pas forcément avoir un mode de vie inférieur ou manquer d’hygiène, comme c’est le cas de beaucoup de gens de cette origine. » La leçon ? Quelles que soient les responsabilités que nous avons dans l’organisation de Jéhovah, nous devons nous examiner avec soin et être prêts à accepter de l’aide pour repérer la moindre trace de préjugés dans notre cœur. Que pouvons-​nous faire d’autre ?

7. Comment ouvrir « tout grand notre cœur » ?

7 Si nous ouvrons « tout grand notre cœur », nous remplacerons les préjugés par l’amour (2 Cor. 6:11-13). As-​tu l’habitude de ne fréquenter que des gens de ta propre race, nationalité, tribu ou langue ? Si oui, essaie de passer du temps avec des frères et sœurs de différentes origines. Tu pourrais leur demander de t’accompagner en prédication, ou les inviter chez toi pour un repas ou un moment de détente (Actes 16:14, 15). Ainsi, ton cœur finira par être rempli d’amour, et il n’y aura plus de place pour des préjugés ! Mais autre chose encore pourrait nous pousser à juger d’après les apparences.

LA RICHESSE OU LA PAUVRETÉ

8. Contre quelle tendance Lévitique 19:15 nous met-​il en garde ?

8 Nous pourrions juger les autres en fonction de l’argent qu’ils possèdent. Lévitique 19:15 dit : « Tu ne dois pas faire preuve de partialité en faveur du pauvre ni montrer de préférence pour le riche. Tu jugeras ton semblable avec justice. » Mais comment la richesse ou la pauvreté de quelqu’un pourrait-​elle influencer notre façon de le considérer ?

9. Quelle triste vérité Salomon a-​t-​il énoncée, et que nous enseigne-​t-​elle ?

9 Inspiré par l’esprit saint, Salomon a énoncé cette triste vérité : « Le pauvre est détesté même par ses voisins ; par contre, le riche a beaucoup d’amis » (Prov. 14:20). Que nous enseigne ce proverbe ? Que si nous ne faisions pas attention, nous pourrions chercher à devenir les amis des frères qui ont beaucoup d’argent et éviter ceux qui sont pauvres. Pourquoi est-​ce dangereux de juger les autres en fonction de ce qu’ils possèdent ?

10. Contre quel danger Jacques a-​t-​il mis en garde les chrétiens ?

10 Si nous traitions nos frères différemment selon qu’ils sont riches ou pauvres, nous pourrions créer des divisions dans la congrégation. Cela est arrivé au Ier siècle, et le disciple Jacques a mis en garde les chrétiens contre ce danger (lire Jacques 2:1-4). Veillons donc à ne pas juger les autres en fonction de ce qu’ils possèdent, afin de protéger l’unité de notre congrégation. Qu’est-​ce qui peut nous y aider ?

11. La relation que nous avons avec Jéhovah dépend-​elle de ce que nous possédons ? Explique.

11 Nous devons voir nos frères comme Jéhovah les voit. Si une personne est précieuse pour lui, ce n’est pas parce qu’elle est riche ou qu’elle est pauvre. Notre relation avec Jéhovah ne dépend pas de l’argent ou des biens que nous possédons. C’est vrai, Jésus a dit qu’« il ser[ait] difficile à un riche d’entrer dans le royaume des cieux » ; mais il n’a pas dit que ce serait impossible (Mat. 19:23). Il a aussi déclaré : « Heureux, vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous » (Luc 6:20). Toutefois, cela ne voulait pas dire que tous les pauvres écouteraient Jésus et recevraient des bénédictions particulières. D’ailleurs, beaucoup de pauvres ne l’ont pas suivi. En fait, la quantité de biens qu’une personne possède ne nous permet pas de déterminer si elle a l’amitié de Jéhovah.

12. Que conseille la Bible aux riches et aux pauvres ?

12 Dans le peuple de Jéhovah, certains sont riches et d’autres sont pauvres. Mais ils aiment tous Jéhovah et le servent de tout cœur. La Bible conseille à ceux qui sont riches « de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines, mais en Dieu » (1 Tim. 6:17-19). Cela dit, elle met aussi en garde tous les chrétiens, riches et pauvres, contre le danger d’aimer l’argent (1 Tim. 6:9, 10). Si nous voyons nos frères et sœurs comme Jéhovah les voit, nous ne les jugerons pas d’après ce qu’ils ont ou n’ont pas. Mais qu’en est-​il de l’âge d’une personne ? Est-​ce un critère fiable pour la juger ?

L’ÂGE

13. Que nous enseigne la Bible sur la façon de considérer les personnes âgées ?

13 La Bible parle souvent du respect que nous devons manifester aux personnes âgées. Lévitique 19:32 déclare : « Tu te lèveras devant les cheveux blancs et tu dois honorer les personnes âgées, et tu dois craindre ton Dieu. » De même, Proverbes 16:31 déclare que « les cheveux blancs sont une couronne magnifique quand ils se trouvent sur le chemin de la justice ». Enfin, Paul a dit à Timothée : « Ne réprimande pas sévèrement un homme d’âge mûr. Au contraire, supplie-​le comme un père » (1 Tim. 5:1, 2). Même si Timothée avait une certaine autorité, il devait toujours traiter les frères plus âgés avec compassion et respect.

14. Dans quelle situation pourrions-​nous être amenés à reprendre un chrétien plus âgé que nous ?

14 Mais imaginons cette situation : Un chrétien plus âgé que nous pèche volontairement ou recommande des choses qui ne plaisent pas à Jéhovah. Est-​ce que, par respect pour son âge, nous devons nous sentir obligés de le laisser faire ou de nous soumettre à son avis ? Jéhovah n’excuse pas le péché volontaire, même si le pécheur est âgé. En effet, on lit en Isaïe 65:20 : « On maudira le pécheur même s’il a 100 ans. » On retrouve un principe semblable dans la vision d’Ézéchiel (Ézéch. 9:5-7). En fait, le plus important est de respecter « l’Ancien des jours », Jéhovah (Dan. 7:9, 10, 13, 14). Ainsi, nous n’aurons pas peur de reprendre un chrétien qui a besoin d’être conseillé, quel que soit son âge (Gal. 6:1).

Montres-​tu du respect aux frères plus jeunes ? (voir le paragraphe 15).

15. Qu’apprenons-​nous de l’apôtre Paul en ce qui concerne le respect qu’il faut manifester aux jeunes frères ?

15 Qu’en est-​il des jeunes frères ? Méritent-​ils moins de respect que les autres ? Non. Paul a écrit à Timothée : « Que personne ne méprise ta jeunesse. Au contraire, deviens un exemple pour les fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté » (1 Tim. 4:12). À l’époque où Paul a écrit ces mots, Timothée avait sans doute une trentaine d’années. Pourtant, Paul lui avait déjà confié des responsabilités très importantes. La leçon ? Nous ne devrions pas juger quelqu’un en fonction de son âge. D’ailleurs, pense à tout ce que Jésus a accompli alors qu’il n’avait que la trentaine !

16, 17. a) En fonction de quoi des anciens déterminent-​ils si un frère remplit les conditions pour être assistant ministériel ou ancien ? b) Comment des opinions personnelles ou des coutumes locales pourraient-​elles s’opposer à ce que la Bible dit ?

16 Dans certaines cultures, les hommes jeunes sont souvent moins respectés que les plus âgés. Les anciens pourraient alors hésiter à recommander un jeune frère pour la fonction d’assistant ministériel ou d’ancien, même s’il remplit les conditions requises. Pourtant, la Bible ne dit nulle part qu’il faut un âge minimum pour être nommé assistant ministériel ou ancien (1 Tim. 3:1-10, 12, 13 ; Tite 1:5-9). Si un ancien établissait une règle en étant influencé par sa culture, il ne suivrait pas la Bible. Les anciens ne devraient pas juger les jeunes frères en fonction de leur propre opinion ou des coutumes locales, mais en fonction des normes bibliques (2 Tim. 3:16, 17).

17 En ne suivant pas les normes bibliques, des anciens pourraient empêcher un frère qui remplit les conditions requises d’être nommé. Dans un certain pays, un assistant ministériel assumait bien les responsabilités importantes qu’on lui avait confiées. Et les anciens étaient d’accord pour dire qu’il remplissait les conditions requises pour être ancien. Mais finalement, il n’a pas été recommandé pour cette fonction, car certains anciens plus âgés trouvaient qu’il faisait trop jeune. Il n’a donc pas été nommé, tout cela à cause de son apparence. Des rapports indiquent que cette façon de penser est courante dans de nombreux endroits du monde. Comme il est important de s’appuyer sur la Bible plutôt que sur des opinions personnelles ou sur des coutumes locales ! C’est le seul moyen d’obéir à l’ordre de Jésus de ne pas juger d’après les apparences.

« JUGEZ D’UN JUGEMENT JUSTE »

18, 19. Qu’est-​ce qui nous aidera à voir nos frères comme Jéhovah les voit ?

18 Malgré notre imperfection, nous pouvons apprendre à voir les autres comme Jéhovah les voit, c’est-à-dire avec impartialité (Actes 10:34, 35). Pour cela, il nous faut garder constamment à l’esprit les rappels bibliques. En les appliquant, nous obéirons à cet ordre de Jésus : « Arrêtez de juger d’après l’apparence » (Jean 7:24).

19 Notre Roi, Jésus Christ, va bientôt juger tous les humains. Il ne le fera pas d’après ce qu’il verra ou entendra, mais d’après les normes justes de Dieu (Is. 11:3, 4). Ce sera vraiment merveilleux !