Aller au contenu

Aller au sommaire

PARTIE 18

Faisons-nous de l’humanitaire ?

Faisons-nous de l’humanitaire ?

République dominicaine

Japon

Haïti

En cas de catastrophe, nous nous organisons immédiatement pour secourir les Témoins de Jéhovah en détresse. Ces efforts sont l’expression de notre sincère amour fraternel (Jean 13:34, 35 ; 1 Jean 3:17, 18). Comment apportons-​nous notre aide ?

Nous donnons de l’argent. Au Ier siècle, les chrétiens d’Antioche ont envoyé de l’argent à ceux de Judée, touchés par une grande famine (Actes 11:27-30). Aujourd’hui, nous apprenons parfois que quelque part des Témoins sont dans le besoin. Nous faisons alors, par l’intermédiaire de notre congrégation, des dons pour les aider matériellement. — 2 Corinthiens 8:13-15.

Nous organisons des secours. Les anciens se trouvant sur le lieu d’une catastrophe recherchent chaque membre de leur congrégation pour savoir si tous sont sains et saufs. Un comité de secours coordonne l’aide médicale et l’approvisionnement en nourriture, en eau potable, en vêtements et en abris. De nombreux Témoins ayant des compétences particulières se déplacent volontairement à leurs propres frais pour participer aux opérations de secours ou réparer les maisons et Salles du Royaume endommagées. Étant unis et habitués à travailler ensemble, nous nous mobilisons vite quand c’est nécessaire. Nous secourons “ ceux qui nous sont apparentés dans la foi ”, mais également, si possible, d’autres personnes, quelle que soit leur religion. — Galates 6:10.

Nous consolons avec la Bible et apportons une aide affective. Les victimes de catastrophes ont particulièrement besoin d’être consolées. Dans ces moments-​là, nous puisons de la force auprès de Jéhovah, “ le Dieu de toute consolation ”. (2 Corinthiens 1:3, 4.) En parlant aux personnes en détresse des promesses bibliques, nous les assurons que le Royaume de Dieu mettra bientôt fin aux drames, aux douleurs et aux souffrances. — Révélation 21:4.

  • Pourquoi arrivons-​nous à vite nous mobiliser en cas de catastrophe ?

  • Comment consolons-​nous les victimes de catastrophes ?